Antennarius maculatus

poisson, globuleux, tacheté
Antennarius maculatus

Espèce : Antennarius maculatus  (Desjardins, 1840) FR antennaire verruqueux, GB warty frogfish Embranchement : Chordata     Classe : Actinopterytii    Ordre : Lophiiformes   Famille : Antennariidae

 

Ce poisson a une forme particulière, son corps est  ramassé, trapu,  verruqueux, peau rugueuse, de couleur variable, crème, jaune, rosé, brun, noir, avec  des taches irrégulières en forme de plaques encroûtantes rougeâtres en réseau autour de l’œil,  possible ocelles sombres cerclé de clair, l’ensemble formant un parfait camouflage. On distingue 4 parties séparées pour la nageoire dorsale : 3 épines dorsales séparées, la première est modifiée, longue et fine, une tige (illicium) à terminaison touffue, genre canne à pêche avec un leurre, située au-dessus de la bouche, lui permettant d’attirer ses proies,  les 2 autres sont charnues, recouvertes de peau formant une crête sur l’arrête dorsale, la 4ème partie est molle et se situe plus en arrière du corps, reliée à la 3ème épine par une membrane. Les nageoires pectorales sont en forme de « pattes », ainsi que les nageoires pelviennes plus en arrière. La nageoire anale est molle. La nageoire caudale est en forme de pagaie avec un pédoncule caudale épais. La tête a un museau plat avec une bouche large, dirigée vers le haut, protractile. Les yeux se situe en partie haute de la tête. C’est  la partie du corps qui nous permet de distinguer qu’il s’agit d’un animal et non d’une éponge.  L’ouverture branchiale, situé à l’arrière de la nageoire pectorale jouent un rôle de propulsion lorsqu’il se déplace en nageant, avalant de l’eau par la bouche et l’expulsant par cette ouverture. Taille max 15 cm, profondeur 1-15 m

  

On le rencontre sur les récifs coralliens, souvent sur des éponges, des algues. Il n’est pas un très bon nageur et se déplace généralement en marchant sur ses nageoires pectorales ou en faisant des petits bonds.  Il est très vorace et se nourrit de poissons qu’il attire avec son leurre et en ouvrant grand la bouche et aspirant sa proie.  Il mange même ses congénères

 

Reproduction : Il n’y a pas de dimorphisme sexuel. Ovipare. La femelle se remplit d’œufs ( 40 000 à 150 000, d’environ ½ millimètre) quelques heures avant la période de frai, soit 8 à 12 h. Pendant  la période de frai, la parade nuptiale permet la formation de couple. Le ventre de la femelle est distendu par le nombre d’œufs important et ne lui permet plus de rester sur le fond. Elle remonte dans la colonne d’eau suivit du mâle où elle expulse ses œufs que le mâle féconde immédiatement. La fécondation est externe. Les œufs sont liés dans un ruban de mucus gélatineux. L’éclosion intervient après quelques jours. Les larves sont planctoniques.

 

 Ressemble à A. pictus qui n’a pas de tache encroûtante rougeâtre à l’arrière de l’œil.

 

Océan indien, indo pacifique

 Lieu : indo pacifique, Philippines, Visayas, Apo island, Chapel point, 2016 05 14, 15 m  et photo 2 la 1ère épine dorsale rabattue

Lieu : indo pacifique, Philippines, Visayas, Calibao island, Isla Hayahay house reef, 2016 05 17, 15 m, plongée de nuit, coloration jaune

Lieu : indo pacifique, Philippines, Visayas, Negros island, Dauni's wreck, 2016 05 12, 10 m En fâcheuse posture, la seiche, Sepia  aculeata, pourrait bien en faire son repas.

 

http://www.fishbase.se/summary/9259

http://doris.ffessm.fr/ref/specie/2846

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antennarius_maculatus

 

http://souslesmers.free.fr/f.php?e=80