Sparisoma viride

Poisson, bleu-vert, dents, plaques, bec, tache jaune vif, haut opercule, pédoncule caudal, tache jaune vif, queue, croissant jaune vif
Sparisoma viride

Espèce : Sparisoma viride  (Bonnaterre, 1788) FR Perroquet feu, chatte à ventre rouge, perroquet feu tricolore, GB Stoplight parrotfish

Embranchement : Chordata     Classe : Actinopterygii    Ordre : Perciformes   Famille : Scaridae

 

Ce poisson a le corps ovale, légèrement comprimé latéralement, de couleur différente entre le mâle et la femelle. En phase terminale, mâle, il est bleu vert, émeraude, avec de grosses écailles à marge orangée à  rose-violacé. Il se caractérise par une tache jaune vif sur le haut de l’opercule, une tache jaune vif à l’arrière du pédoncule caudal et un croissant jaune vif sur la nageoire caudale. Sa tête est marquée la couleur orangée à rose-violacé, une bande du museau jusqu’au front, une ligne horizontale des  lèvres à la joue, une ligne à l’arrière de l’œil. La bordure de l’opercule est également marquée d’orangée à rose-violacé.  Les nageoires dorsale et anale sont de couleur orangée à rose-violacé avec une bande externe bleu-vert pour l’anale.                                                                                                                                                              La phase initiale, femelle, se caractérise par un corps de couleur brun verdâtre, écailles à marge noire, avec des écailles foncées à pâles. Le ventre est rouge vif. La tête est marquée de lignes sombres, croissant jaune sur le dessus de l’œil. La nageoire caudale est marquée d’une demi-lune rouge terminale.                           Le juvénile ressemble à la femelle mais le corps a  3 rangées  d’écailles blanches espacées et une barre blanche sur la queue.                                                                                                                                      On le rencontre de  jour, dans les zones rocheuses du récif corallien, solitaire ou en petit groupe. La nuit, il dort, posé sous une roche ou entre des coraux.  Il se nourrit principalement d’algues molles. Sa dentition se caractérise par 2 plaques en forme de bec permettant de racler la surface des coraux. Les autres dents vont broyer algues et coraux. Les déjections produisent le sable de nos plages.   Il est hermaphrodite protogyne, il est femelle avant de devenir mâle. Parade nuptiale en période de reproduction, ballet aquatique, fait de montées et descentes dans la colonne d’eau. Les œufs sont pélagiques, fécondation externe en pleine eau. Taille 34-64 cm, profondeur 3- 50 m

Consommation : rapports d’intoxication ciguatera

 

Océan atlantique Ouest,  Golfe du Mexique, mer des Caraïbes, Sud Floride, Bermudes, Bahamas jusqu’au Brésil.

Lieu : mer des Caraïbes, Mexique, Yucatan, Cozumel island, Palancar, 2018 11 12, 20 m  Mâle – G7X Mark II, lumière externe

Lieu : mer des Caraïbes, Mexique, Yucatan, Cozumel island, Tormento, 2018 11 12, 20 m Femelle et Jeune femelle. Merci à mon époux pour le partage de ses photos - S110

 

P.166-7 «  Guide des poissons des récifs coralliens » E.Lieske RF.Myers

https://www.fishbase.se/summary/1161

http://species-identification.org/species.php?species_group=caribbean_diving_guide&id=249 

http://souslesmers.free.fr/f.php?e=556